Présentation des Ateliers de CHANTELERMUZE

I - Balade du dernier dimanche de chaque mois

A compléter sur votre manager de site.

 

II - Balade des lundis

Article journal

III - Danse de Salon

  • Nom du fichier : Vidéo photos danses de salon

Vidéo photos danses de salon Télécharger

Pour voir la vidéo cliquer sur le ficher à Télécharger

HISTOIRE : Le terme générique danses de salon est utilisé avant 1950 pour désigner l’ensemble des danses pratiquées dans les bals et les salons qu'elles soient collectives ou à deux.Ces danses sont encore aujourd’hui les danses les plus pratiquées dans les bals, thés dansants et autres guinguettes. La valse, le tango et le paso doble ont connu des variantesmusettes dans la première moitié du xxème : valse musette, tango musette et paso musette. Avec les danses rock/swing apparues en 1950 et les danses latino apparues après 1950, elles font partie des danses de société.

Mot du responsable de cet Atelier :

A Saint-Victor nous dansons en couple :

  • Danse de salon : le rock and roll, le cha cha cha, le tango, le paso doble, la bachata
  • Les danses en ligne : La cucaracha, le reggae, le madison, la bossa-nova, la tarentelle
  • et bien d'autres !

Les jours d'entrainement sont tous les jeudis à 19h pour les débutants, à 20h pour les confirmés et également les samedis toutes les 3 semaines à partir de 20h à la salle des Associations à Saint-Victor.

Nous organisons également des sorties de groupe dans les thés dansants et des animations sur invitation dans les villages environnants.

 

 

IV - Patchwork

HISTOIRE : La réalisation du patchwork avait d'abord un but pratique de réutilisation de fragments de tissu divers issus de découpes nécessaires pour d'autres travaux. On a trouvé des représentations très anciennes en Inde et en Égypte. La tradition rapporteque ce sont les croisades qui ont apporté en Italie et dans le sud de la France cette technique trouvée en Palestine. Développée en Grande-Bretagen à la fin du XVIIIe siècle, elle se développa aux États-Unis à l'occasion de la forte immigration britannique au début du XIXe siècle. Au contact des « anglaises », les femmes amish furent intéressées par ce mode de récupération qui correspondait exactement aux principes de vie de leur communauté. Les patchwork amish réalisés avec des tissus unis et souvent sombres, chutes des tissus traditionnellement utilisés, constituent un style particulier de l'art du patchwork et sont très recherchés. Du côté de l'Asie, la technique ne semble jamais s'être éteinte. Si la technique du shashiko est sans doute récente auJapon, certaines gravures témoignent d'une existence ancienne. En Inde et au Pakistan, par exemple, il reste encore des artisans réalisant des patchworks de type mola ou broderie perse avec de l'appliqué collé : le Ralli quilt des bords du désert du Thar.

Mot du responsable de cet Atelier : en cours

V - Patois

HISTOIRE : Le terme de patois est utilisé pour désigner les langues minoritaires en Belgique, en France, en Italie et enSuisse, dans certains contextes et parfois avec une connotation dépréciative. Le mot est rarement utilisé au Canada. Ce sont généralement des parlers romans, relevant de la langue d'oïl, de la langue d'oc, du franco-provençal ou encore des parlers gallo-italiques. Plus rarement, on a utilisé cette expression pour désigner les langues alsacienne, bretonne, catalane, sans que leurs locuteurs emploient généralement ce terme.

Mot du responsable de cet Atelier : 

Dau latz de sant vitor n'a quauquis-uns que se veio de tems en tems per parlar coma solia.de cops que n'en volant profitar...q'es le luns le vepre...  jocomai

Traduction :

Du côté de Saint-Victor quelques personnes se retrouvent tous les 15 jours, le lundi soir, pour garder un peu la pratique du patois local qui est une variante d'occitan.

 

VI - Sculpture sur Bois

Jean COLLIN Maître de l'atelier sculpture de l'Association nous raconte :

" Je me suis intéressé à la sculpture sur bois au cours de l'été 1963. J'ai commencé banalement à tailler des morceaux de bois flotté avec des outils rudimentaires (ciseaux à bois, lame de rasoir, cutter...)

Au cours de différents voyages en France, j'ai pu observer des sculpteurs et me documenter sur les outils, les bois, les techniques : en Bretagne, auprès d'un ébéniste en Ardèche, chez 3 sculpteurs à Lyon et, surtout en Alsace, en stage de perfectionnement auprès d'un grand Maître.

Depuis 63, je n'ai jamais cessé de sculpter avec le souci majeur d'une constante amélioration de mon travail. J'ai donc fêté mes 50 ans de sculpture l'an dernier, ce qui m'a amené à une 60ène d'expositions individuelles ou en participation.

Privilégiant le perfectionnement je sculpte pour moi mais il m'arrive parfois de travailler pour des commandes.

En 2004, j'ai été contacté par une société Compagnonnique qui m'a proposé d'être accueilli. Après les exigences, travaux et rituels imposés, j'ai été reçu sous le nom "Languedocien la sincérité".

De ce fait, je m'efforce plus que jamais de transmettre bénévolement mon savoir, tout particulièrement dans les ateliers de l'Association Chantelermuze. "

Jean COLLIN

Puis il poursuit :

" Au sujet des ateliers, en 2010, j'ai proposé à l'Association la mise en place et l'animation d'un atelier suclpture sur bois.

La première année, par souci d'efficacité, le nombre de participants à été limité à 5, ce qui a nécessité l'acquisition de 5 établis et autant de séries de 7 outils. La deuxième année, devant l'intérêt rencontré, nous avons complété à 6 participants et, ce, définitivement à raison de 2 ateliers hebdomadaires. Nous avons entamé notre cinquième année avec toujours le même effectif de 12 personnes.

La série d'outils individuelle a été portée à 10. Je mets à disposition une 40ène d'outils personnels. Sur les 23 participants depuis le début, 12 ont achetés leur propre matériel.

Le bois nécessaire aux œuvres réalisées est fourni pour les pièces d’apprentissage et la 1ère oeuvre. Les réalisations plus importantes sont, la plupart du temps, exécutés sur des achats personnels. "

Jean COLLIN

 

VII - Théâtre Enfants

Bérénice professeur du cours de théâtre nous racconte :

J’ai fait des études de commerce avec un BTS action commerciale. Puis, après avoir travaillé pendant 6 ans en tant que commerciale, j’ai fait une reconversion professionnelle. J’ai alors passé l’agrément de l’Ardèche puis de la Drôme pour donner des cours dans les écoles. J’ai passé le BAFA (à 17 ans). Je fais du théâtre depuis mes 11 ans dans des troupes amateurs.

Enfin l’été dernier, j’ai fait un stage à Paris avec la compagnie « Ouie dire » d’encadrement d’acteurs.

Cela fait maintenant 5 ans que je donne des cours à l’année dans des centres de loisirs et/ou associations où je mène des projets théâtres avec des instituteurs aboutissant à des spectacles. 

Puis elle poursuit : (Pour l'association Chantelermuze)
" Chaque séance nous commençons par deux exercices. Nous travaillons ainsi sur la voix, les sentiments, le mime, la concentration....
Ensuite, dans la deuxième partie du cours, pour les petits, nous mettons en scène un conte de Grimm «  l’oiselet, la souris, le renard et la petite saucisse...»
 
Les grands, quant à eux travaillent sur des improvisations. Je leur donne un thème et ils essayent de raconter une histoire sous forme de sketch. Chaque groupe présente ensuite ce sketch aux autres. Au bout de quelques séances, nous choisissons ensemble celui qu’ils ont préféré. Je les aide ensuite à les améliorer. Ces sketchs, mit bout à bout feront le spectacle du mois de juin.
 
Nous ferons un deuxième spectacle au mois de juin. Les petits présenteront un autre conte, un peu plus difficile. Les grands quant à eux présenteront une pièce plus conséquente et réalisée avec tous les enfants. "
 
Bérénice FOUREL
 

En effet chaque année un premier spectacle est prévu dans les environs de février et mars pour les parents afin qu'ils puissent voir l'évolution de leur enfant dans cette discipline...

 

Projet1 14

VIII - Vannerie

HISTOIRE : Les plus anciens objets de vannerie datés par la technique de datation au carbon 14, remontent à plus de 10 000 ans, c’est-à-dire bien avant les premières poteries. Ces pièces de vannerie ont été découvertes à Fayum en haute Égypte. D'autres, remontant à plus de 7000 ans, ont été trouvées au Moyen-Orient.. Cependant, ces objets étant constitués de matériaux biodégradables, il est rare d'en exhumer. Leur conservation dans le temps est liée à des conditions très particulières. Par exemple, la sécheresse en Égypte ; ou au contraire, le milieu anaérobique des tourbières ou des lacs. Parfois, on trouve traces de vanneries imprimées sur de la poterie, le tressage servant alors de support pour agglutiner l'argile et lui donner sa forme. La maîtrise technique est telle qu'elle conduit à s'interroger sur l'existence d'artisans spécialisés dans ce travail des végétaux. La vannerie fut d'une importance économique très grande, mais de nos jours, elle se raréfie surtout en raison de la lenteur et du manque de mécanisation de la fabrication et ses conséquences.

Mot du responsable de cet Atelier : en cours

IV - Yoga

Histoire : Le yoga (sanskrit devanāgarī : योग ; « union, joug ») est l'une des six écoles orthodoxes de la philosophie indienne āstika. Il est devenu, particulièrement en Occident, une discipline visant, par la meditation, l'asèse morale et les exercices corporels, à réaliser l'unification de l'être humain dans ses aspects physique et spirituel. Il n'existe pas de date attestée pour les origines de la conception du yoga. C'est entre le IIème siècles av. J.-C. et le Vème siècle que  Patañjali codifie la philosophie du yoga en rédigeant les Yoga Sūtra, texte de référence et synthèse de toutes les théories existantes. Les quatre voies (mārga) traditionnelles majeures de yoga sont le jnana-yogabhakti-yogakarma-yoga et raja-yogaLe terme yoga est communément utilisé aujourd'hui pour désigner le hatha-yoga, même si cette discipline n'en est qu'une branche.

En 2014, l'ONU décrète le 21 juin « Journée internationale du yoga ».

  • A - Yoga du lundi matin

En cours

  • B - Yoga du mardi soir

En cours

XI - Zumba

HISTOIRE : La Zumba a été inventée par le danseur et chorégraphe colombien, Alberto "Beto" Perez, dans les années 1990. Ce dernier raconte qu'il a inventé ce concept un jour où, ayant oublié la musique qu'il utilisait habituellement pour sa classe de danse aérobique, il a dû improviser avec la musique qu'il avait sous la main, de la musique latine. En 2001, Alberto quitte sa Colombie natale pour s'installer à Miami et y amener le concept de Zumba. Une de ses étudiantes lui présente son fils, Alberto Perlman, qui deviendra CEO de Zumba, ainsi qu'un ami d'enfance de ce dernier, Alberto Aghion, qui deviendra président de l'entreprise. Ensemble, ils produisent une bande démo qui permettra de vendre le concept à l'entreprise américaine Fitness Quest. Le programme sera vendu par infopublicité dès 2002. Les associés se sont partagé les rôles: Alberto Perez est le visage public de la zumba mais affirme n'avoir rien d'un homme d'affaires. Alberto Perlman et Alberto Aghion s'occupent plus particulièrement des aspects commerciaux. En 2005, la Zumba Academy est fondée pour encadrer la formation des instructeurs de Zumba.

Un peu d'humour avec Kev Adams -------->

 

La Zumba avec Kev Adams

Mot du responsable de cet Atelier : en cours

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×